En quoi est-ce utile la douleur?

En quoi est-ce utile la douleur?

Par Claudine Jean

 

La douleur, on la perçoit généralement comme l’ennemie à abattre, celle dont l’on doit se débarrasser coûte que coûte! Et pourtant…

La douleur est très utile, elle est même primordiale! De prime abord, il s’agit d’un signal de danger qui ne devrait jamais être ignoré. Il signifie généralement que l’on doit opérer un changement pour ne plus ressentir cette douleur. Tu mets la main au mauvais endroit? Tu n’as même pas le temps de conscientiser ce qui se passe, ton cerveau met tout en branle pour que tu retires ta main immédiatement! Peut-être que depuis quelques temps déjà tu ressens des courbatures, des inconforts. Ce pourrait être le signal que t’envoie ton cerveau pour que tu modifies une mauvaise position de sommeil, une mauvaise posture au travail ou le manque d’activité physique. Malheureusement, l’espèce humaine ayant la couenne dure et la tête plus encore, plusieurs d’entre nous ignorent ces messages jusqu’à ce que la douleur apparaisse. C’est ton cerveau qui t’envoie alors un message encore plus clair… opère un changement!

De son côté, la douleur de l’accouchement a également son utilité. C’est tout d’abord le message reçu pour te signifier qu’il est temps de trouver un endroit calme et sécuritaire pour la naissance de ton petit. Ces sensations te poussent également à trouver des solutions pour te soulager, comme le changement de position, des respirations plus profondes, émettre des vibrations, entre autres. Elles sont de plus un indicateur d’où tu en es dans le déroulement de ton accouchement.

Il y a deux composantes importantes à la douleur; physique, décrite par l’intensité et psychologique, décrite par l’aspect désagréable. La composante physique est souvent celle qui est le plus traitée, elle peut être soulagée de multiples manières, y compris la pharmacopée. Cependant, dans certaines circonstances, le soulagement de la douleur physique ne suffira pas à nous faire sentir mieux. Prends l’exemple d’une personne en fin de vie à qui l’on offre de la morphine sur demande pour lui éviter toute souffrance. Comment se fait-il qu’elle ressente tout de même de la douleur? C’est qu’il s’agit de souffrance psychologique, elle souffre de ne pouvoir accomplir tout ce qu’elle aurait voulu, de devoir quitter ceux qu’elle aime,… Si cette même personne est en paix avec sa fin de vie, cette souffrance ne sera pas ou peu présente. Un exemple moins dramatique peut-être? Admettons que depuis plusieurs mois tu prépares un gros évènement, quelque chose de vraiment important pour ton entreprise ou pour toi-même. La veille de l’évènement, tu te retrouves à l’hôpital en crise de douleur intense, avec un diagnostic de pierre au rein. Il est possible que dans ces circonstances, malgré la médication très efficace qui te sera offerte, tu ressentes tout de même de la douleur. Il s’agira alors peut-être de douleur psychologique associée à la perte ressentie par rapport à l’évènement manqué et tout ce qu’il représentait pour toi.

« Ça fait mal, ça fait du bien » as-tu déjà dit ou entendu cette phrase? Étrange, non? Une douleur qui nous ferait du bien! En massothérapie, on l’entend régulièrement celle-là. Je pratique entre autres le shiatsu et en médecine traditionnelle chinoise on explique cette sensation par le fait de remplir un vide énergétique. Fascinante et sage médecine chinoise! Si tu choisis la massothérapie pour soulager tes douleurs, saches qu’il s’agit d’un excellent outil pour te soulager. Cependant, il te faudra trouver le juste milieu entre supporter l’inconfort pour te sentir soulagée par la suite (le fameux ça fait mal, ça fait du bien!) et dépasser ta limite. Si tu dois te crisper pour supporter le massage, selon moi tu dépasses ta limite et tu dois immédiatement en aviser ta massothérapeute, c’est ta responsabilité.

Outre les médicaments, il existe une quantité incroyable de moyens de soulager la douleur, je ne pourrais même pas tous les nommer! Mais je pense entre autres à la massothérapie, l’ostéopathie, l’acupuncture, la physiothérapie, la chiropractie, l’activité physique, le yoga, la relaxation, la méditation, la visualisation, l’hypnose, les moyens neurophysiologiques, comme le contrôle inhibiteur diffus nociceptif (créer une seconde douleur) et la théorie du portillon (flatter le bobo), la technique de libération émotionnelle (excellent moyen d’agir sur l’aspect psychologique de la douleur), le reiki, le healing touch et j’en passe!

Il n’y a vraiment aucune bonne raison de subir la douleur sans tenter de la soulager. La première étape, opérer un changement! As-tu besoin de changer de position de sommeil, changer d’oreiller, d’améliorer ta posture, de bouger plus, de changer ton alimentation? As-tu besoin de consulter un médecin pour découvrir la raison de cette douleur? Deuxième étape, va chercher de l’aide auprès d’un spécialiste (médecin, massothérapeute, ostéopathe, … je vous en ai déjà nommé suffisamment!) Et troisième étape, te doter de bons outils pour réduire la douleur dans ton quotidien (activité physique, yoga, hypnose, méditation, technique de libération émotionnelle, …). Tu vois le topo? Tous les moyens de te détendre, t’aideront à réduire tes sensations de douleurs. Premièrement parce que ton cerveau sécrétera de l’endorphine qui est une morphine naturellement créée par ton corps, un cadeau de la vie! Et deuxièmement, en réduisant les tensions musculaires et psychologiques lesquelles ajoutent à ta douleur.

Quant à la douleur de la naissance, tu dois t’y préparer le plus tôt possible dans ta grossesse. Ton outil le plus important est la préparation mentale avec entre autres la méditation, la visualisation, la relaxation, la respiration chantée, l’autohypnose. Tu dois envisager ta préparation mentale comme un entraînement quotidien auxquels tu ajoutes graduellement des obstacles. Je m’explique; tu pratiques par exemple la relaxation au quotidien, après quelques semaines tu pratiques dans des endroits qui ne sont pas parfait, où il y a plus de và-et-vient, plus de bruit de fond, quelques temps plus tard, tu t’entraînes à relaxer dans des situations ou en présences de personnes qui t’énervent vraiment et au final, tu t’entends avec ton partenaire pour que lorsque tu es en pleine relaxation, bien détendue, il créé une douleur (par exemple serrer au-dessus de ton genou) et toi tu dois arriver à demeurer détendue. Tout un plan d’entraînement, n’est-ce-pas!? Mais c’est très efficace! Ensuite, tu peux y ajouter d’autres outils comme Hypno-Vie, Bonapace, l’haptonomie, ballon-forme,…

Professionnellement, je côtoie la douleur quotidiennement. Je pratique plusieurs techniques différentes de massothérapie et le reiki, j’enseigne également les méthodes Bonapace et Hypno-Vie, ainsi que la technique de libération émotionnelle. Mes compétences, ainsi que celles d’autres massothérapeutes et autres spécialistes peuvent t’aider grandement à soulager ta douleur. Cependant, les moyens que tu emploieras au quotidien pour te soulager seront primordiaux car tu les auras toujours à portée de main.

Et toi, quels moyens choisis-tu pour soulager la douleur?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *