Lorsque la gestion de ses émotions devient difficile

Lorsque la gestion de ses émotions devient difficile

Écrit par Lucie Boudreault
Dans la dernière année, on peut dire que j’ai appris le lâcher prise. Lâcher prise sur les résultats, sur l’amour, sur l’organisation, la constance, la perfection, mes limites…
Il y une chose que je sais que je ne lâcherai jamais prise et qui m’affectera toujours tel un bulldozer qui me passe sur le corps (et j’exagère à peine), le fait d’élever des enfants et qu’ils soient confrontés au monde extérieur.  J’ai réellement l’impression de vivre dans une bulle de protection où le « méchant » n’existe pas… J’évite les gens négatifs ou les nouvelles. Je m’efforce que mes enfants vivent le plus possible sans étiquette, que ce soit positif ou négatif… (du genre petite tannante, ou tricheuse) Oui, tricheuse, l’autre fois au parc, je surprends mon fils à traiter une petite fille de son âge de tricheuse.  J’ai repris mon fils immédiatement, en lui disant qu’elle pouvait choisir ses règles du jeu.  Elle montait par la glissade au lieu de passer par les marches. Loll Ben oui… Sa mère de me dire : « ah, ton fils ne fait que répéter ce que j’ai dit à ma fille ».  Je suis peut-être traumatisée à rien, mais ces choses là peuvent avoir des impacts majeurs sur la vie de nos enfants. Je suis peut-être hors-norme, mais j’aime que mes enfants pensent autrement et modifient les règles si pour eux, c’est mieux.
Cette semaine, mon fils de 4 ans a mis une robe de la reine de neiges, il voulait avoir une robe comme sa sœur de 2 ans.  No problemo! Donc ce matin là, je n’avais pas de Nathan à la table mais bien une Elsa qui cherchait Nathan . Nous nous sommes rendus à la garderie avec Elsa.  Arrivés à la garderie, Nathan était tout fier de montrer sa robe à l’éducatrice. Avant d’entrer dans son local,  il a regardé ses amis.  Il s’est retourné vers moi et m’a demandé d’aller se changer.  Je voyais le malaise dans ses yeux.  Par la suite, l’éducatrice m’a dit que Nathan avait déjà porté un chandail rose, et que les amis avaient été méchants à son endroit.  WHHATTT ? École ok, garderie WTF??? 4 ans…
Oui, dans cette histoire, je suis offusquée de notre société genrée qui est apprise aux enfants si jeunes, mais de savoir que mon fils s’est senti jugé… Qu’il sent qu’il doive déjà se brimer d’avoir du plaisir à cause de l’opinion des autres.
Vous allez dire : « oh my god, t’as pas fini! »  Je sais ! Mais je crois pas que je pourrai m’y habituer.  Quand mon enfant aura de la peine, ça me déchirera le cœur.  Quand il se fera jugé ou insulté, ça me déchirera le cœur.
Une chose est sure, je tenterai de leur transmettre mes valeurs, et peut-être seront-ils plus rapides à se libérer des lois non écrites de notre société, et peut-être pas non plus.  J’aimerais qu’ils puissent rêver jusqu’aux limites de leur imagination.
En attendant, j’essaie de lâcher prise lolll, j’utilise « peace, forgive, et console » de doterra, des mélanges extraordinairement efficaces pour la gestion d’émotions.  Officiellement, ça rend la vie de maman plus légère et celle de nos petits loups aussi lorsqu’ ils vivent des choses plus difficiles. Je suis la plus chanceuse des mamans d’avoir 2 petits louveteaux aussi merveilleux!
Merci la vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *