De professionnelle en contrôle, à mère inquiète

De professionnelle en contrôle, à mère inquiète

Genevieve Trembly-Angers

La petite trousse

 

 

En 2010 j’ai débuté une carrière ambulancière, j’avais 21 ans.

Quelle belle expérience ce fut et quelle fierté j’avais ! Un métier fantastique, mais ô combien difficile. Être face à LA réalité, celle qu’on ne soupçonnait même pas un petit peu d’exister, ça déstabilise un brin. Cette réalité, on y fait face, on s’endurcit et on se dit qu’on fait la différence. Jour après jour, exposé à ces petits et grands drames, on fait ce qu’on doit faire et surtout, on évite de se glisser dans la peau de la victime ou du proche qui vit ce drame.

Parce qu’après tout, ce n’est qu’un travail non ?!

J’étais jeune, je carburais à l’adrénaline mais surtout je n’étais pas maman…

J ’ai donc continué mon petit chemin dans mes bottines de Paramédic quelques années.

Puis, mon premier fils Elliot à fait sa place dans nos vies et son petit frère Charlie à suivit.

Et puis, mon cœur s’est ramolli…

Des enfants, vous le savez, ça change une vie, mais ça change aussi notre perception du monde, nos valeurs profondes. Nos enfants deviennent l’axe de la terre, tout tourne autour d’eux et notre instinct veut à tout prix les éloigner de tout danger, les protéger même au péril de nos vies de mamans.

C’est là, que d’éviter de me projeter est devenue impossible.

C’est là, que j’ai compris réellement que la vie est précieuse et qu’elle ne tient qu’à un fil.

Que ces vies, celles de mes enfants sont les plus grands et précieux des trésors et que je dois à tout prix les préserver. COÛTE QUE COÛTE !

Je suis chanceuse, je suis assez bien « graillée » en connaissances de premiers secours grâce à mon parcours professionnel. Je sais quoi faire si mon enfant s’étouffe, s’il se casse le bras ou si je le trouve inconscient dans la piscine (écrire ces derniers mots me donne envie de vomir…) Oui moi je suis chanceuse dans un certain sens.

Mais si d’autres mamans pensaient comme moi ?

Si elles aussi avaient fait la promesse à leur nouveau-né de toujours le protéger du mal ?

Est-ce ces mamans, auraient comme moi, tous les outils pour le faire ?

Échoueraient-elles dans leur mission de les garder en sécurité ? Briseraient-elles leur promesse ?

C’est là que j’ai souhaité partager. Partager mes expériences, et mes connaissances afin que plus de petites vies soit préservées. J’ai donc lancé mon entreprise, La petite trousse, afin d’outiller les parents aux gestes qui peuvent sauver leurs enfants et rendre leurs foyers plus sécuritaires.

Donner des ateliers et alimenter mon blog de trucs et d’astuces pour la sécurité au quotidien, c’est d’offrir la chance à d’autres parents de peut-être sauver la vie de leur enfant lors d’une urgence vitale. Je crois qu’ainsi, je fais une différence.

Mais des fois, c’est difficile pour moi avec mon « background », de devoir convaincre les gens que c’est important. Que leur réaction peut faire une réelle différence entre la vie et la mort de leur enfant.

Parce que je le sais moi, que ça arrive…et pas seulement aux autres !

En évitant d’y penser on se protège, on se permet de mieux vivre, de vivre plus calmement. J’ai déjà moi aussi, dans mon autre vie, ignoré les drames qui arrivaient chez les autres.

On se dit : « OMG ! c’est donc ben triste ! »

Mais on oublie vite parce que…ça n’arrive qu’aux autres !

Mais maintenant que je sais tout ce que je sais, je ne peux plus l’ignorer, je DOIS vous le partager !

J’ai la profonde conviction que les notions de premiers secours devraient avoir la même importance que les cours prénataux dans la tête des futurs parents.

Parce que mettre un enfant au monde c’est merveilleux, fantastique, magique, (et heu…. Difficile) mais encore faut-il savoir le garder en vie ! Non ?

Mais bon, le but de ce texte n’est pas de vous faire peur ou de vous créer de l’anxiété là. Ne paniquons pas et gardons notre calme 😉

Oui, ce sont des choses qui arrivent, mais pas souvent, HEUREUSEMENT !

Et puis, garder nos enfants en sécurité, ce n’est pas juste de connaitre les techniques de désobstruction ou de réanimation. Non… c’est aussi, de les nourrir, leur prodiguer des soins d’hygiène, les éduquer à être prudent et surtout les aimer, du plus profond de notre cœur…et ça, je suis certaine que vous le faites de main de maître !

Merci de m’avoir lu et longue vie !

Sur la photo, c’est moi et mon premier fils, Elliot, lors de mon retour de congé de maternité en 2016.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *